Outils d’accompagnement

La psychopédagogie perceptive est mise en œuvre dans les processus d’accompagnement de la personne à travers différentes modalités : le toucher manuel de relation, l’expressivité gestuelle intériorisée, la méditation de Pleine Présence, la relation d’aide verbale duale ou groupale et la relation d’aide sur le mode de l’écriture.

Le toucher manuel de relation cherche en premier lieu à installer un état de bien-être dans son corps et des conditions d’apprentissage de la relation à soi. Il permet de focaliser l’attention de la personne sur les différents vécus corporels déclenchés par le toucher. Il permet également de nourrir la réflexion sur la base du ressenti corporel qui ouvre vers une dynamique d’élargissement des points de vue.

 

L’expressivité gestuelle invite la personne à extérioriser les nuances de son intériorité vivante et lui permet, ce faisant, d’oser apparaître dans son originalité et sa richesse singulière. Ce processus se déploie grâce à une pédagogie gestuelle Sensible, spécifique et innovante. Des protocoles simples aident à mémoriser les coordinations et enchainements chorégraphiés ( Gymnastique Sensorielle et Mouvement Codifié) et à gagner en confiance et aisance dans l’exploration de son mouvement.

 

 

La méditation de Pleine Présence éveille une plus grande présence à soi et à son corps. Elle mobilise les facultés d’attention et de perception pour développer une plus grande stabilité et disponibilité à soi, et capter les nuances de ses ressentis et de ses états internes. Un protocole de guidage verbal aide la personne à saisir, discriminer et agir en temps réel de l’exercice sur la maîtrise de ses émotions, ses pensées négatives ou fixes, sur son état de confort corporel,  sur la gestion de ses états d’anxiété ou de stress et de façon générale sur la relation à soi, aux évènements et à ses aspirations.

 

La relation d’aide verbale, duale ou groupale, est un espace de parole qui s’inscrit dans le courant humaniste et notamment la non directivité de Carl Rogers. Elle y associe le concept de directivité informative de D.Bois. Il s’agit de donner du sens à l’expérience corporelle vécue et à trouver son prolongement dans la vie quotidienne. C’est un temps de partage et d’expression qui peut se dérouler en temps réel ou après l’expérience.

 

Le temps d’écriture permet à la personne de déployer son expérience sous la forme d’une trace conduisant à de nouvelles compréhensions de l’expérience vécue. Cet exercice prend souvent la forme initiale d’un journal de bord ou d’un journal intime. Il peut ensuite faire l’objet d’un partage et d’une mise en sens dans le cadre de l’accompagnement.